Interview : HB Trials, ton shop au Canada !
vendredi 4 décembre 2015
par Flodub

JPEG - 126.1 ko Si un jour tu pars vivre au Québec ou ailleurs au Canada, c’est forcément vers ce shop que tu tourneras pour te faire livrer tes indispensables pièces trial : HB Trials !

On vous parle d’expérience : Julien alias « El Pinpino », un des membres fondateurs de ce site (toujours actif sur tribalzine côté webmastering) est parti vivre à Montréal il y a une bonne dizaine d’années et a vite fait la connaissance de son sympathique fondateur Hugo Bourque. Un garçon qui a mis à disposition de la communautés trial canadienne du matos qui « a de l’allure » comme on dit là-bas ! Depuis quelques années, deux autres riders ont repris le guidon d’HB Trials avec la même passion et la même énergie : Michel et Félix Bélanger.

Florent Dubouchet, rédacteur/traducteur du staff Tribal Zine, les a rencontré récemment lors d’un séjour au Canada et n’a pas manqué de les interviewer ! Et tabarnak c’est un shop comme on les aime : « by riders for riders » et dont l’investissement dans le trial américain va bien au-delà de la vente et du service-client...

JPEG - 68.5 ko Ci-dessus : Michel en bonne compagnie !

Tribal Interview

Salut Michel et Félix, merci de nous accorder cette interview ! Toi et ton frère Félix êtes aux commandes d’HB Trials. Comment et quand avez-vous découvert le trial ? Quand a commencé pour vous l’aventure HB Trials ?

Michel : En fait, tout a commencé avec notre père, qui faisait beaucoup de moto trial, depuis 25 ans, et moi et mon frère on baignait déjà dans cet environnement Trial depuis pas mal d’années et mon frère préférait le vtt trial et en 2005 mon père lui a offert son premier vtt trial, vtt qu’il a acheté chez….HBtrials !

JPEG - 103 ko Ci-dessus : Félix qui ride un "ghetto spot"

A l’époque le site existait déjà, il appartenait à Hugo Bourque (d’où HB trials). Hugo Bourque a mis sur pied HBtrials il y a 12 ans de ça. À ce moment il effectuait son entrée à l’université et avait eu de bonnes bourses car il était un étudiant émérite. Ses parents avaient déjà tout l’argent de côté pour payer ses études. Donc, avec le surplus, il a pris les commandes de ses amis et a commencé tranquillement à offrir du matos aux pilotes du Québec. Il s’est rapidement rendu compte de l’absence d’autres shops pour le matos de vélo trial. Il a donc profité de l’absence de concurrents pour grossir avec le temps et offrir les produits à tout le Canada et ensuite l’Amérique et finalement mondialement. Hugo avait fait des études en génie physique, il n’avait pas trouvé de bon travail directement lié à son domaine, il a donc continué l’aventure HBtrials avec un autre boulot à côté pendant plusieurs années.

Par contre, passé 2010, il s’est trouvé un emploi dans son domaine et aussi avec ses deux jeunes enfants, le temps manquait, lui qui avait déjà du renoncer à rouler sérieusement depuis quelques années pour investir ce temps dans le shop. Il a donc cherché quelqu’un à qui transmettre le flambeau. C’est à ce moment que nous avons sauté sur l’occasion.

Ok, vous avez donc repris cette entreprise…

Michel : Exact, mon frère Félix, était plutôt bon en vtt trial, il a été Champion du Québec, et il était à la recherche d’un sponsor ou d’un contrat co-factory… Et c’est la marque Zhi qui lui a proposé de devenir distributeur de au Canada… Un jour, lors d’une compétition, dans une discussion sur ce sujet avec Hugo Bourque, Félix apprend que ce dernier n’a plus trop le temps de s’occuper du site, mais qu’il ne veut pas voir ce shop fermer. Félix et moi l’avons donc repris, et ce fut le début de la deuxième vie d’HBtrials…

JPEG - 218.8 ko Ci-dessus : Hugo passe le relais à Félix !

Mon frère a beaucoup travaillé sur la com’, avec la création d’une page Facebook, et le petit commerce s’est bien développé, il fallut rapidement augmenter la bande passante du site. On a clairement vu qu’il était temps de remettre de la vie dans le marché trial nord-américain, en seulement un mois le message était bien passé qu’HBtrials était de retour en vie. Nous avons vu le volume des ventes augmenter de 5 fois pour le deuxième mois de la reprise. La situation s’est maintenant stabilisée, entre l’année 2014 et 2015 on ne voit pas de progression, le marché du trial ici est stagnant. N’ayant pas de championnat important comme en Europe, peu de pilotes recherchent du matos haut de gamme et aussi moins de jeunes sont attirés vers le sport. Il nous manque des clubs régionaux et les distances importantes entre les villes rendent très difficile l’établissement de compétitions à la grandeur du pays, il n’y a pas de pilotes ici qui peuvent se permettre un 50h de route pour aller compétitionner à Vancouver.

JPEG - 585.3 ko Ok, cool donc une reprise pour la passion du trial, par des passionnés…

Michel : Clairement. Ça fait maintenant 15 ans que je fais de la moto trial et du vtt trial depuis 10 ans… Le marché du trial au Canada n’est pas comparable à celui de l’Europe, donc on ne pensait pas en vivre, on fait ça par passion et ça fait juste un complément de revenu en bonus.

Félix : En effet, je passe de longues soirées sur les réseaux sociaux et les sites des fabricants et fournisseurs afin de dénicher les nouvelles tendances, voir les pièces fiables et quels équipements ne sont pas appréciés par les clients. Nous essayons d’avoir en main les nouveautés prometteuses et d’éviter les flops à nos clients. Nous ne vendons que du matos en lequel nous avons confiance. Tous les deux nous faisons 100kg et notre critère est toujours d’offrir aux clients des produits dont nous ne doutons pas, malgré notre carrure, alors si ce cadre peut nous résister, nous n’avons aucun doute qu’un client plus léger (car rare sont ceux plus lourds que nous !) n’aura aucun problème sur le produit. Chaque vélo que nous vendons est soigneusement ajusté, comme si nous étions pour faire une course avec !

Le marché au Canada est peu développé, mais il existe. Où se trouvent tes principaux clients au Canada ?

La majorité se trouve sur la côte Ouest du Canada. L’hiver là-bas est moins rude, les gens roulent plus souvent et donc achètent du matos plus souvent. Ensuite on a pas mal de clients aux États-Unis, on a une petite clientèle au Québec, mais la majorité des clients sont en dehors du Québec. Il y a aussi un bon noyau de clients en Ontario et en Alberta.

JPEG - 303.8 ko Et mis à part les U.S.A est-ce que vous expédiez ailleurs sur le continent ?

Oui, on a déjà expédié des vélos en Amérique du sud, Japon, Chine et Europe. Par contre c’est mieux pour un pilote Européen d’acheter sur un shop en Europe. Car pour lui, s’il commande chez nous, les frais de ports sont très élevés. En plus si nous vendions nos produits en Europe et si les shops européens vendaient leurs produits ici, ça ne serait pas très logique. En plus ici, on aime fournir le meilleur service à nos clients. Si un client a besoin d’aide, on peut prendre l’avion ou la voiture pour le rencontrer, réparer son vélo et aller rouler ensemble après ! Mais si c’est trop loin, c’est déjà plus compliqué !

Quelles marques vous distribuez ? Une raison pour avoir choisi ces marques ? Quelles sont vos meilleures ventes ?

Notre offre est assez variée. Pour en citer quelques-unes : Echo, Rockman, Ozonys, Inspired, Trialtech ou encore plus récemment Crewkerz ! Y’en a pour toutes les bourses et toutes les envies. On a beaucoup de Echo/Zoo, c’est le meilleur rapport qualité/prix qu’on peut offrir aujourd’hui et c’est pas pour rien si c’est ce que l’on vend le plus.

JPEG - 44.3 ko

Vous attendez des nouveautés prochainement ?

Pour ce qui est des nouveautés, on dépend beaucoup de nos fournisseurs et des constructeurs. On a déjà les ECHO/GU 2015 en stock depuis quelques temps… Les nouveaux Echo MIV, le Crewkerz Jealousy, les derniers Inspired arrivent... Il y a aussi de belles nouveautés à venir du côté de Jitsie, lorsque nous leurs avons parlé au téléphone ils nous ont confirmé travailler d’arrache-pied sur plusieurs projets et ça promet !

JPEG - 92.2 ko

JPEG - 82.6 ko Vous sponsorisez le pilote Canadien James Barton qui avait envoyé du lourd sur le circuit UCI, aujourd’hui il est plus tourné vers le street-trial. Vous comptez sponsoriser d’autres pilotes prochainement ?

Michel : Pourquoi pas, on est toujours ravi d’aider les pilotes qui peuvent nous apporter de la visibilité !

Félix : James est un bon ambassadeur du sport et de notre shop. Nous voulons que le sport soit connu et se développe. Aujourd’hui en Amérique, n’ayant pas assez de compétitions, les forums de discussions étant pratiquement tous fermés, Facebook et les vidéos Youtube sont les deux moyens de faire voir le sport et notre shop, alors nous avons besoin de gens comme James qui sont actifs et qui produisent beaucoup de vidéos. 

Le trial est peu développé ici au Canada. Est-ce que tu penses que la fédération Canadienne pourrait faire plus pour ce sport ?

Nous n’avons pas attendu auprès de la fédération Canadienne. Depuis 7 ans déjà que nous faisons une compétition à Rivière-du-Loup. Depuis 2012 que nous avons réussi à faire embarquer les autres sites de compétition moto avec nous afin d’établir un championnat au Québec. En 2012 toute la saison avait été mise en place par nous, donc on arrivait sur les autres terrains et on organisait les compétitions le matin même. Un sacré boulot, mais ça en a valu la peine, car maintenant nous ne faisons que la nôtre, des passionnée ont repris le flambeau pour les autres événements. Nous devons y aller de pair avec la moto trial, car il n’y a pas assez de pilotes pour faire deux championnats distincts, surtout que bon nombre pratiquent le vélo en vue d’augmenter leur niveau à moto ! Côté démonstrations, l’équipe Beschano fait un bon boulot.

Merci beaucoup pour cette interview, on vous souhaite le meilleur pour la suite !

JPEG - 113.8 ko