Anvers 2015 : c’était GÉANT !
mardi 29 septembre 2015
par Jebegood , PMP

PNG - 4.2 ko Auréolée de la palme de meilleure épreuve du circuit l’an dernier, Anvers n’a pas failli à sa réputation d’excellence ! L’étape belge de la Coupe du Monde nous a offert cette année encore du très grand spectacle, sur cette très touristique Grand-Place où l’été encore joué les prolongations. La formule était plus concentrée pour cette édition, nouveau format Coupe du Monde oblige et le spectacle n’en a été que plus intense. Les 5 zones sont disposées devant l’hôtel de ville, le bouquet final de la saison est lancé sur un espace de la taille d’un terrain de foot et on retrouve les ingrédients du succès de l’an dernier : une organisation sans faille portée par Fien Lammertyn, de la Red Bull pour donner des ailes à l’évènement, les plus belles filles de Belgique pour tenir les panneaux de points, des gradins dressés en face de l’Hôtel de Ville permettant aux spectateurs de suivre la course dans son intégralité, speaker et écran géant (pour les 26 seulement). Et en ce qui concerne le parcours de cette édition : des frites, des rochers saillants, des arbres sculptés, un mikado de troncs...

JPEG - 316.1 ko

Mais le tracé a évolué : on retrouve toujours ces portions de rochers et ces zones très étriquées où finesse de pilotage et concentration doivent être maximales, mais il y a moins de hauteur, c’est moins dangereux, les formidables gaps et ces tremplins qui étaient partout l’an dernier ont disparu ! La difficulté est pourtant bien réelle, elle est ailleurs... Le maître-mot est « équilibre », « balance », comme cette incroyable vidéo de Kenny sur une slackline perchée dans les Alpes qui fait le buzz. Et si lors de la première journée de qualification les meilleurs pilotes ont eut du mal à faire la différence, ils ont affronté le lendemain des parcours très exigeants : peu de portions roulantes, des appels réduits, la force explosive est mise à contribution partout avec beaucoup de crochetés et transferts techniques. Le moindre relâchement peut amener l’échec sur des gestes à placer au millimètre, sur ces zones de précision sanction tombe vite : c’est souvent 0 ou 5.

Si la première journée de qualif’ nous a semblé un peu trop facile, et a bien failli d’ailleurs conduire à l’élimination du pilote le plus en vue de l’évènement (Kenny Belaey, cela aurait été une catastrophe pour l’organisation !), nous nous rendrons compte que l’organisation a parfaitement jaugé les niveaux des courses suivantes. Et les finales pousseront les meilleurs dans leurs derniers retranchements, sans pour autant amener à des prises de risques extrêmes qui n’ont finalement pas plus d’impact sur le public. Indéniablement, Anvers 2015 est une réussite, d’autant plus que dans les trois catégories victoires d’étapes et victoires finales ont été âprement disputées...

JPEG - 630.3 ko

Dans la patrie de Kenny Belaey, la finale Élite 26 était comme toujours l’objet de toutes les attentions : intégralement couverte par la télévision nationale, elle a offert un suspens haletant. Si à la fin de la 1/2 finale, Kenny Belaey (GT/RedBull) sort en tête, il ne parviendra pas à couper la main du géant d’Anvers : le leader de la Coupe du Monde Jack Carthy (Crewkerz) a imposé sa loi sur une finale spectaculaire, avec une aisance impressionnante ! Il a ajouté une nouvelle page à cette légende qui s’est forgée à Anvers depuis deux ans (première victoire de Jack en 2013, la finale et la Coupe haut la main en 2014). Le jeune Britannique ne butte pas sur les plus grosses difficultés, ne cherche pas à les contourner : il les survole avec des gestes posés à la perfection. Les élites passés dans les rangs des spectateurs sont ébahis, ces franchissements et transferts aussi hauts que fins ne lui posent pas le moindre problème, ils sont avalés sans peine. A la fin de son run, Jack s’amuse avec le public : il est chez lui ici, il est le géant d’Anvers et chaque geste est appuyé pour bien le montrer. Son plus coriace adversaire a encore été le champion du monde Vincent Hermance (Hashtagg/Jitsie), qui a joué de malchance dans la redoutable zone des frites : comme à Vallnord, il part dans le premier groupe avec la ferme intention de placer la barre très haut. Il se bat comme un gladiateur, le maillot irisé le transcende, mais voilà qu’un survol de flèche à mi-parcours de la zone de frites le coupe net dans son élan. Les commissaires ne voudront rien entendre, la dure loi du trial, parfois on y perd, parfois on y gagne ; et ce 5 Vincent sait bien qu’il sera lourd de conséquences. Kenny Belaey, qui ouvrait les zones, va échouer dès la première zone de rochers et ne parviendra pas à avaler la dernière portion de frites. Une superbe coupe du monde pour le grand absent du mondial 2015 : Aurélien Fontenoy (Inpulse/CrossKing) est un guerrier, concentré et efficace, qui a tout donné lui-aussi pour aller chercher Jack. Dans la zone des arbres, ce n’est que que sur la fin qu’il va échouer, en perdant l’équilibre sur ce troncs posé au sol qui sert d’appel à la dernière marche ! Il termine à la 4ème place de la course devant le champion du monde Junior Nico’ Vallée (Hashtagg/Jitsie) qui a encore été formidable à Anvers. Il ouvrait les zones de la finale, et a franchement attaqué avec une sérénité impressionnante. Mais qui - comme pour Vincent - va être mise à mal par un coup du sort : dans la zone 2 des rochers, un plot tenant une rubalise tombe alors qu’il s’apprêtait à monter une marche. Il avait pourtant signalé à l’organisation le problème avant le départ... Dommage. Un point à revoir pour l’année prochaine, car ces plots on en a vu tomber à maintes reprises poussés par les cables des caméras de télévision. Grosse fin de saison de l’Allemand Hannes Hermann (Crewkerz), qui comme à Vallnord nous fait un joli coup de force et signe une finale flamboyante : son riding est agressif, efficace, et il fait le show du début à la fin ! La Coupe du Monde reste donc aux mains de Jack Carthy, qui triomphe pour la seconde année consécutive avec 960 points, devant le Champion du Monde Vincent Hermance (760 points), Giacomo Coustellier (Ozonys) que l’on a eu le plaisir de voir revenir cette saison à son meilleur niveau (463 points) et... le Champion du Monde Junior Nicolas Vallée (445 points) !

JPEG - 354.7 ko JPEG - 463.3 ko JPEG - 484.2 ko JPEG - 503.6 ko JPEG - 482.7 ko JPEG - 479 ko JPEG - 428.1 ko JPEG - 452.3 ko JPEG - 329.3 ko JPEG - 765.9 ko

La seconde finale de l’après-midi était la finale Élite Femmes, et l’Australienne Janine Jungfels (Echo) a montré qu’elle était bien la nouvelle patronne sur cette course belge qui lui réussit si bien : elle triomphe à nouveau sur la Grand-Place d’Anvers ! La championne du monde au coude-à-coude avec la leader Tatiana Janickova (Breath) a fait la différence en finale, et réalise un finish flamboyant sur les rochers de la zone 6. Il n’en fallait pas moins pour contenir les velléités de la jeune Allemande Nina Reichenbach (Ozonys), qui prendra la 2ème place de la course ! Voilà qui promet pour 2016 ! Belle course de la Slovaque Kristina Sykorova (Ozonys), qui termine au pied du podium devant les jeunes et prometteuses Manon Basseville et Marie Krivova. Au général de l’épreuve, Tatiana Janickova est consacrée pour la quatrième année consécutive mais bénéficie de l’absence de Janine Jungfels en début de saison. Nini Reichenbach monte à nouveau sur le podium de la Coupe du Monde, à la troisième place.

JPEG - 323.3 ko JPEG - 420.7 ko JPEG - 361.6 ko JPEG - 435.4 ko JPEG - 409.7 ko JPEG - 440.6 ko JPEG - 231.3 ko JPEG - 268.4 ko JPEG - 322.6 ko JPEG - 340.4 ko

Last but not least, la finale Élite 20" a vu triompher sur tous les tableaux un Benito Ros (Hashtagg) offensif et déterminé ! Il est parvenu à tenir en joue tout le week-end le nouveau champion du monde Abel Mustieles (Clean) : il s’impose sur la finale et sort vainqueur de la périlleuse zone 4 des frites. Il remporte par la même occasion cette Coupe du Monde et s’offre une belle revanche après la défaite de Vallnord ! Très grosse saison du jeune Suisse Lucien Leiser (Monty), qui se hisse sur la troisième marche du podium de cette finale et du général. 4ème place pour l’Autrichien Thomas Pechhacker (Ozonys), devant l’Espagnol Ion Areitio (Monty) et le Français Alex Rudeau (TMS). Thomas Pechhacker prend également la 4ème place du général devant ces 4 autres jeunes qui auront aussi montré les dents tout le long de la saison : Nymann, Oswald, Pils et Rudeau.

JPEG - 324.7 ko JPEG - 268.6 ko JPEG - 422.9 ko JPEG - 301.4 ko JPEG - 376.8 ko JPEG - 401.8 ko JPEG - 301.4 ko JPEG - 486.8 ko JPEG - 318.9 ko JPEG - 758.9 ko