Lettre ouverte de Giacomo Coustellier à Kenny Belaey, « Le retour au naturel »
lundi 2 mars 2015
par Jebegood

JPEG - 1.1 Mo Giacomo Coustellier s’est insurgé contre le nouveau règlement trial qui sera bientôt mis en place par l’UCI et a critiqué publiquement le manque de dialogue entre pilotes et fédération, remettant en cause l’action du délégué pilotes Kenny Belaey et réclamant une élection de ce poste par les pilotes eux-mêmes (voir Giaco, candidat au poste de Délégué Pilote à l’UCI !). Ce dernier lui a répondu dans une longue lettre ouverte où il a rappelé les nombreuses actions qu’il a conduite sur le terrain pour développer le trial de compétition UCI, et a invité Giaco et tous les pilotes qui le souhaitent à lui envoyer idées et suggestions par mail pour aller de l’avant (voir Kenny Belaey répond à Giacomo Coustellier, « L’action parle plus fort que les mots »).

La saga continue, en mode « guerre des chefs » par communiqués interposés, et le N°4 mondial répond à la lettre ouverte de Kenny Belaey par une autre lettre ouverte. Il y expose cette fois-ci sa vision du « trial de demain », qui était jusque-là très floue et affirme sa détermination à la défendre, s’exprimant toujours avec le « franc-parler » qu’on lui connaît, parfois excessif. Il s’adressera également prochainement au Manager France Trial Serge Froissart pour lui faire des propositions.

Chers amis trialistes,

Voici la lettre de proposition que j’ai envoyée à Kenny en guise de solutions et de propositions.

Etant donné qu’à l’heure actuelle tous les postes sont pris, resteront inchangé et qu’il faut s’adresser aux politiques de ces instances (FFC et UCI), alors j’écris cette lettre à Kenny, puis j’écrirai une lettre à Serge FROISSART, notre représentant de l’équipe de France (peut-être qu’il y aura moins de YAKA !).

La guerre je ne la veux pas. Le trial de demain je veux le voir meilleur qu’aujourd’hui et c’est tous ensemble que nous devons y arriver.

Cette lettre est longue mais merci de la lire attentivement jusqu’à la fin car elle nous concerne tous.

Merci pour votre attention,

A bientôt sur les rochers,

Giaco

La lettre de Giaco à Kenny Belaey :

Salut Kenny,

Quelle est donc cette vision du trial défendue par Giacomo ? C’est un sport de compétition se déroulant avant tout en milieu naturel, loin des standards qui se sont imposés sur le circuit UCI. Il revendique un sport de nature dans la nature, prône un retour au naturel ! Et le mondial trial doit selon lui devenir indépendant du mondial VTT, et devenir une organisation spécifique. Il réclame aussi à nouveau l’augmentation des prize money pour attirer les pilotes sur les épreuves, en faisant des économies sur le coût des organisations.

MA PROPOSITION : Arrêtez de vous obstiner à vouloir intégrer le trial aux autres disciplines du cyclisme. Cela dessert plus notre sport qu’autre chose. Sur ces évènements, le trial est une pièce rapportée qui est mise à l’ écart 9 fois sur 10. Pourquoi ne pas faire une véritable épreuve à part entière. Comme à Anvers, Pra loup, Cracovie etc…

(...)

MA SOLUTION : Le retour au naturel. Je ne dis pas qu’il faut refaire QUE du naturel. Mais en grande partie. Que tu le veuilles ou non, Kenny, le trial c’est ça. L’essence même de notre sport, c’est de grimper sur des rochers dans la nature. Ce n’est pas l’espèce de « cirque » que tu as largement contribué à mettre en place. En plus, cela permettrait de faire beaucoup d’économies. (Au moins 10000 euros par épreuve !) Ne crois-tu pas que cet argent n’irait pas mieux dans la poche des pilotes et des gens qui s’investissent pour organiser ces compétitions ?????? Demandes leurs …

Quand on sait que nous pratiquons un sport pur, vert, ÉCOLOGIQUE, qui ne pollue pas. Et vous ne trouvez rien de mieux (toi et l’UCI) que de nous fabriquer des zones avec des matériaux polluants et industriels. Il n’y a rien de plus industriel que des tourets (Pologne 2014), des carcasses de voiture (Pologne 2014), des buses, des palettes (Heubach 2013), des poutres etc…

(...)

Cherchez des partenaires locaux, arrêter tous les extras inutiles (pom-pom-girls, décoration inutile des zones, et bien d’autres choses).

Ouvrir les portes aux trialistes : augmenter un peu les prizes money et récompenser jusqu’au 10ème. Nous prévoir un parking pour se garer et surtout nous écouter un peu…

Des organisations moins onéreuses, moins "polluantes", plus d’argent pour les athlètes, de belles épreuves naturelles, un retour aux sources d’un sport qui se pratique à la base en milieu naturel... Des voeux pieux auxquels bien sûr tout le monde ne peut qu’adhèrer, mais la solution pour le trial est-elle de se replier sur lui-même, de retourner au fond des bois et se couper des autres disciplines du cyclisme. N’est-ce pas là la mort assurée de notre discipline, la fin du rêve olympique ? En même temps, il est vrai que les Coupes du Monde sont la plupart du temps complètement indépendantes des organisations VTT et qu’un vélo trial 20" n’a pas grand chose à voir avec un VTT et trouve même plutôt sa filiation dans le BMX. A méditer... Giaco affirme sa détermination à défendre cette vision du trial, et si le dialogue ne s’ouvre pas avec la fédération, il mettra en place une structure pour la représenter. A suivre...

Saches Kenny, que si, suite à cette lettre, je ne constate aucune amélioration dans la relation pilotes/délégué/dirigeants, je mettrai en place une association des acteurs de notre discipline qui réunira pilotes, dirigeants de club, entraîneurs, constructeurs de vélos afin de ne former qu’UN, main dans la main et ainsi nous faire entendre pour le trial.

Saches également que ma motivation sera sans limite et sans relâche, je me battrai uniquement au nom de la génération future, pour le trial de demain.

Tu nous a lancé un message à tous. Tu nous écouteras mais il faut t’écrire.

Notre sport s’éteint lentement mais surement. Ce n’est qu’ensemble que nous construirons le trial de demain.

JPEG - 2.1 Mo

Crédit-photos : Artur Verkhovetskyi.