Le vélo trial fait son entrée dans la littérature
vendredi 25 janvier 2013
par Trashzen
PNG - 8.3 ko

Du trial dans un roman ? De façon plutôt anecdotique certes, mais une première tout de même à laquelle Julien de Trashzenn’est pas tout à fait étranger. Il nous en dit plus par ici et vous invite au passage à découvrir "Mélo", de Frédéric Ciriez. Saine lecture... Je viens de terminer la lecture d’un roman tout fraîchement sorti cette année, "Mélo" de Frédéric Ciriez, assez décalé, avec beaucoup de descriptions surprenantes, plutôt à contre-courant de la ville de Paris, dans sa nauséabonde luxuriance d’excès, de foules, d’ordures (au sens propre et au sens figuré) et de personnages hauts en couleur.

Et même si j’avais été vaguement prévenu (je connaissais Frédéric Ciriez et il savait que je roulais sur Paris), j’ai quand même été sacrément surpris de me reconnaître sur quelques pages, en second plan mais sans ambiguïté, au guidon de mon vélo à trialiser le long des quais de Seine.

Même si c’est de façon plutôt anecdotique, c’est tout de même une première de voir notre sport cité dans un roman et c’est aussi un honneur pour moi d’avoir contribué, au hasard des rencontres, à cette furtive apparition.

Voilà une photo de la couverture de "Mélo", arrangée sauce TrashZen... Bon ok, j’ai peut-être exagéré, ce n’est pas un livre sur le trial... mais ça m’a fait plaisir, la cerise sur le gâteau d’une lecture très divertissante !

JPEG - 273 ko

Le mot de l’éditeur

Le roman s’ouvre sur la découverte du cadavre d’un homme qui vient de se suicider la veille du 1er mai 2013, et qui git au volant de sa Xantia garée devant l’entrée d’une fourrière, non loin de l’usine d’incinération de Saint-Ouen. Par bribes, on reconstitue l’existence de ce quadra célibataire, sa routine de permanent syndical, sa solitude de provincial déraciné, son syndrome d’échec sentimental. Une tragédie ordinaire sous ses airs de roman noir, qui s’égrène selon le compte à rebours d’une mort annoncée, aux confins d’une friche industrielle. Dans un deuxième temps, on fait la connaissance d’un éboueur-rippeur natif de Brazzaville, en tournée avec son camion poubelle dans le Xe arrondissement. On ne tarde pas à découvrir l’identité secrète de ce nettoyeur municipal qui s’apprête cette même nuit à participer à un concours de Sape, sous le nom de « Parfait de Paris ». Dès lors commence l’autoportrait d’un personnage en totale métamorphose, dont on suit le moindre préparatif vestimentaire avant de l’accompagner dans une folle soirée qui le consacrera l’homme le plus élégant de Paris. La dernière partie met en scène Barbara, jeune Chinoise campée sur ses rollers qui vend, au détour de la Porte Saint-Denis, mini ventilateurs et autres gadgets. On la suit au ras du bitume, dans sa tournée sportive et fort lucrative : sous le masque d’une petite vendeuse à la sauvette au français approximatif se cache une brillante étudiante en master « force de ventes », qui met en application dans ce job provisoire les techniques de son école de commerce. Mais la fragilité du personnage se laisse peu à peu percevoir : pas facile pour elle d’assumer son homosexualité, surtout quand on aime une fille des beaux quartiers. Ces destins parallèles ont aussi des liens directs et symboliques : Parfait de Paris est un des rares amis du suicidé, et il chérit par-dessus tout l’image projetée par le briquet que lui a vendu la petite Chinoise. Le Suicidé / le Sapeur /la Vendeuse : trois figures d’une invisibilité sociale qui échappe même aux plus naturalistes des romanciers d’aujourd’hui. Avec sa langue incarnée, inventive et généreuse, Frédéric Ciriez s’impose comme un témoin de l’infra quotidien, des antihéros qui peuplent les angles morts de notre réalité.

- Collection : Verticales
- Parution : 03 Janvier 2013
- Genre : Littérature Française Romans Nouvelles Correspondance
- EAN : 9782070139798
- Nombre de pages : 322 pages
- Dimension : 20 X 14 cm
- Poids : 328 grammes

Frédéric Ciriez en est à son deuxième roman, je recommande aussi fortement son premier roman, "Des néons sous la mer", tout aussi décalé et débordant d’innovations !