Supermance & Franck Martini sur le divan (2/2)

mardi 30 mars 2010
par Jebegood
popularité : 10%

PNG - 275 ko Nous sommes à l’aube de la saison 2010. Dans quelques jours le soleil se lèvera sur La Tour de Scay et la grand-messe des K-124 Days sera célébrée durant tout un week-end sur un nouveau site et de nouvelles zones. Le tout savamment concocté par l’équipe d’Alain Rémy, qui chaque année n’en finit pas de nous régaler.

Cela fait une bout de temps qu’on veut se faire cette grosse interview de Vincent Hermance et de Franck Martini boss de la K-124 Akademy, histoire de savoir où ils en sont, de parler de 2009, de 2010 et de choses et d’autres. Le moment est propice. Voici donc Vincent « Vince » Hermance & Franck Martini, qui se confient sur le divan de Tribalzine !

Interview (2/2) :

Seconde partie des confidences...

JPEG - 98.1 ko Les K-124 Days seront le premier grand rendez-vous de la saison et c’est là que chacun va pouvoir voir où il en est par rapport à ses adversaires. Les K-124 Days ont été incroyables en 2009 et ont porté les élites dans leurs dernières limites, avec des zones super élites comme on en avait jamais vues auparavant. Comment vois-tu ces K-124 Days 2010, Vince ? La Tour de Scay est en plus un terrain encore très technique et cassant ? D’ailleurs les cailloux du sud sont pas mal pour se préparer à ce type d’obstacles ?

Vince : Je suis convaincu que les k124 days 2010 seront une édition de dingue. Déjà au niveau du trial c’est top de faire ça ailleurs. Je crois que l’année passée nous avons atteint le paroxysme de ce qu’on peut espérer voir à Buthiers, la course super élite a été la plus jouissive de ma carrière ! Du coup plutôt que de réchauffer le truc on va aller se faire la guerre sur un autre terrain, et quel terrain ! A mon avis Alain Remy ne dort plus depuis des mois pour nous concocter un trial hors normes. Je connais bien le spot et c’est vraiment super, il y aura de tout et pour tous les goûts. Pour ce qui est de la partie naturelle "old school" avec des rochers horriblement délicats ce sera l’enfer pour la précision, donc oui Istres est le coin pour préparer ce genre d’épreuve, pour préparer n’importe quel type d’épreuve d’ailleurs ! J’ai la chance d’habiter au paradis du trial c’est certain. En tous cas pour moi les k124 days constituent une épreuve très spéciale, comme pour tout le monde c’est l’occasion de se situer par rapport à la qualité de sa prépa hivernale ; mais pour moi c’est surtout l’occasion de participer à la fête de notre marque, avec mes potes... C’est de loin mon week-end de compet’ préféré au niveau de l’ambiance, pour pas mal de riders aussi je crois. Ce type de formule est vraiment à développer je pense, ça correspond complètement à l’état d’esprit que j’aimerais voir adopter par le trial. Pour finir sur l’épreuve je pense que pas mal de monde est surpris et peut être sceptique quant au fait de faire l’épreuve à La Tour de Scay. Honnêtement je l’étais aussi. Mais depuis que nous sommes allé faire une reconnaissance du spot en décembre dernier avec Dom et Xavier de k124 je suis convaincu que ce sera la meilleure épreuve jamais organisée jusque là. Déplacez vous et si vous êtes déçus j’organiserai une séance de flagellation de ma personne au milieu du salon k124, parole de scout !!!(rires).

JPEG - 68.8 ko Pour le moment, Vincent est le seul pilote suivi et préparé par K-124 Performance. L’élargissement de la structure est-il toujours au programme ?

Vince : Il est clair que l’apport de Franck pour moi est considérable, aussi avec Dom’ on s’est dit de suite que ça serait top de faire bénéficier de ce support à tous les trialistes demandeurs par le biais de k124. Cette volonté de passer par l’intermédiaire d’une marque est également celle de Franck je crois. Comme ça on bénéficie tout 3 (Franck, k124 et moi) d’un support concret pour proposer un truc vraiment abouti, cadré aussi. Je crois que c’est le moment idéal dans la carrière pour percevoir les choses sous le bon angle pour qu’un tel projet voit le jour. Je suis encore impliqué complètement dans une philosophie de performance typée compet’, mais je possède aussi le recul nécessaire pour cesser de considérer les minots qui poussent comme des concurrents potentiels. Pour être franc je suis super content de me maintenir au top depuis un paquet d’année, mais je ne suis pas sûr que ce soit top pour le sport. Je suis impatient de voir de nouvelles tètes, de nouvelles idées, de nouvelles nations... Alors si je peux contribuer à un espèce de renouveau du trial ça serait génial pour moi.

Franck Martini : On veut proposer quelque chose d’assez innovant et surtout de très sérieux plutôt que du bricolage. J’ai trouvé un accord avec Dominique Hermance. Mon approche est celle de participer encore, dans la mesure de mes modestes moyens, au développement de l’entraînement en trial même si, à priori, le travail va être énorme pour moi. Mais on en peut pas faire l’économie de cela pour avancer. L’idée de Dominique c’est de recentrer les pilotes sur un esprit propre à K-124. J’aimerai beaucoup gérer un groupe solidaire et motivé, qui ait une âme. Ca serait plus fort je pense que de ramasser des titres en solitaire. On voit bien que gagner tout seul dans son coin ne mène à rien et ne fait pas avancer la discipline, à moins d’avoir le sacerdoce de Kenny. A plusieurs on peut faire de beaux trucs, c’est certain. Mon savoir-faire, celui de Vince et l’envie d’autres pilotes, tout ça baigné dans l’esprit et le matos performant de K-124…ça peut ouvrir de sacrées perspectives. On va voir… on ne peut encore pas prédire si le concept va se définir facilement et si on pourra décoller aux Koxxdays. L’idée serait d’offrir la chose à ce moment. On verra. Je pense que je proposerai une « Konférence », un exposé made in K-124 Performance, où je proposerai des outils utiles d’analyse simples des comportements afin de permettre à tous d’avoir des armes conceptuelles pour progresser dans le trial moderne. Il faut partager, c’est le futur. On ne peut pas y couper. Et il faut aller vers les autres et donner avant de penser à recevoir.

JPEG - 136.1 ko Tu as fait un travail monstre avec Gilles et pour tout le monde tu es celui qui l’a mis sur orbite... As-tu calqué l’entraînement de Vincent sur celui de Gilles, avec les étalons que tu avais, ou alors tu as fonctionné différemment ? Dès le début de ta collaboration avec Vincent tu as été très étonné par son potentiel physique ? Et toi Vince, perçois-tu une continuité de travail ?

Franck Martini : Merci. Beau boulot en 2008, tout rafler sur une seule saison, ce fut une super performance, et j’ai aimé que l’on me fasse une confiance absolue pour la préparation. Je savais que ça paierait et il y a eu un gros boulot des deux côtés. Sur tout ça, rien à dire. Mais bon, c’est loin et c’est du passé. Je ne calque jamais une préparation sur une autre. D’ailleurs j’écris même les préparations à main levée maintenant, en dessinant le plus souvent, puisque les exercices n’existent généralement pas dans les bases de données actuelles. Vince les reçoit sur son Iphone et les suit en direct. Chaque athlète est différent et spécifique. Avec Vince, j’ai même mis le physique de côté depuis un bon moment (depuis deux semaines par exemple on ne fait plus rien en dehors du trial) puisque ce n’est pas le soucis principal. Le problème c’est surtout de maximiser ce qu’il peut déjà faire en terme de potentiel. Si on peut déjà l’exploiter, ce sera super. Quotidiennement, on ne faisait plus qu’un tiers du boulot que je faisait faire précédemment. Tout le travail actuel consiste à prendre de temps d’intégrer des adaptations nouvelles qui déstabilisent l’ensemble de l’organisation technique de Vince. Il lui faut donc être super fort pour ne pas lâcher à ce moment là de la préparation : par exemple c’est une réelle phase de régression qui s’est amorcée depuis un mois et dont on en sort que depuis quelques jours, sans rien faire à côté. J’espère qu’on aura sorti la tête de l’eau aux Koxxdays ! (rires). C’est donc le contraire de ce que j’ai fait en 2008 ! J’exploite au maximum mes compétences en observation et en biomécanique sur le terrain. Je suis devenu principalement entraîneur technique. Mais attention, je ne sais toujours pas tenir sur la roue arrière d’un vélo !

Vince : Tu sais, personnellement si j’ai attaqué avec Franck c’est que je pensais être arrivé au bout des prepa classiques. Attention, je ne dénigre en aucune façon mes préparateurs précédents. Mais il s’agissait de préparateur physique avant tout. Cela m’a beaucoup servi, je pense avoir été un des premiers avec Kenny et Benito a avoir intégré la dimension athlétique en trial. Mais au bout de 4, 5 ans une prepa centrée sur la muscu avec force en hiver, puis explosivité et enfin pliometrie à l’approche de la saison, c’est bien beau mais tu n’avances plus. J’ai 25 ans, je ne crois pas pouvoir gagner des masses en physique pur, par contre je suis loin d’exploiter au mieux mes ressources. Et c’est là que Franck rentre en scène ! Je l’ai transformé en technicien trial (rires). Honnêtement toute ma prepa est centrée sur les évolutions que l’on souhaite apporter a ma façon de rouler. C’est ciblé, cohérent et surtout super stimulant. Mais ça demande d’avoir en face de soi un mec très (!) motivé et compétent. Et bien ce mec là c’est Franck Martini !!!

JPEG - 110.3 ko Et la partie psychologique ?

Vince : Pour reprendre la partie "trop gentil" je crois avoir longtemps mélangé "gentillesse" et "lâcheté" ou encore "intellect" et "refus de l’affrontement terre à terre". Je crois aussi que c’est du passé. Baaaam me voila !

Franck Martini : On est beaucoup comme cela en Occident. Vince est trop cool, comme je te l’ai dit. Vraiment trop cool. Humainement c’est une grande qualité de faire attention aux autres, mais à mon goût, il n’a pas assez souffert dans la vie : il a trop été aimé, il n’a jamais été moche, il n’a pas de complexe vis à vis de quelqu’un, il a plutôt bien réussi dans ses études, il s’est acheté une belle maison, il n’a pas de revanche à prendre, ni à sortir de l’ombre d’un frère, d’un père ou d’un pote et il n’a pas donc pas développé un égo démesuré. Tu le constates sur les vidéos des compétitions, il garde toujours une marge : quand il glisse sur le toit du chalet à St Longchamp, il s’est pas plus dégoûté que ça. D’autres que lui se seraient arraché les cheveux ! La compétition a été belle et ça lui suffit presque. Ce n’est pas une attitude de compétiteur, juste celle d’un mec fort qui ne se fait pas assez violence. Pour l’instant. C’est pour ça que je l’ai emmené voir des potes dans les quartiers Nord, pour qu’il sente cette haine de vouloir réussir plus que ce que notre corps ne le permet. Juste en croyant plus fort en ce que l’on peut faire. Et ne rien lâcher surtout.

La préparation mentale c’est toujours être agressif et combattif ?

Franck Martini : Négatif. Si le boulot actuel consiste à provoquer chez Vincent cette envie qui vient des tripes, il ne faut pas se voiler la face, il faut tout mettre sur la table et je le fait autant avec moi qu’avec les autres : est-on vraiment cool ou un peu faible à certains moments ? Nos courages ainsi masqués, ne se mettent-ils pas ainsi à l’abri sous de chauds porches rassurants pour éviter l’orage du réel ? La réponse ne concerne que l’athlète et c’est à lui de se regarder dans la glace. Je pense que j’ai participé à mettre Vince face à lui même. C’est une belle aventure qu’il vit. Dure et violente à l’intérieur. C’est un bouleversement. Mais il faut accepter la réalité pour la tordre ensuite et la déformer comme on le souhaite. Il faut du temps et du courage. Si Vince en sort entier, il sera super fort, même bien plus tard dans sa vie future. Sinon, il aura tout de même compris dans sa chair ce qu’est un être humain complexe, et qu’il faut faire avec ce que l’on est avant tout pour se dépasser. Ne pas se mentir et lever les yeux droit devant. Pour revenir à la saison 2009, sur le championnat du Monde, ça ne se joue pas à grand-chose en terme de points, même si garder les titres pour le champion du monde est une super belle performance, il faut le reconnaître. Vince a mis des pieds qu’il ne devrait jamais mettre à son niveau, mais je me suis dit qu’après tout, 4 points ce n’était pas si énorme au regard de son état cet été. Si on m’avait dit en février 2009 que trois pilotes seraient six mois plus tard à 4 points près, en finale des championnats du Monde, avec une égalité en prime, je pense que je t’aurais bien ri au nez !… Le sport est si surprenant.

JPEG - 136.3 ko A propos de Londres, en février 2009 sur Tribalzine, tu nous disais « Je pense que l’avenir du trial est là-bas ! » et tu prédisais que l’avenir du trial serait dans le street, et que le salut allait venir d’Angleterre. Quelques mois plus tard sortait la vidéo de Danny Macaskill qui a fait le plus gros buzz du sport sur internet. Tu es devin, druide ou c’est un délit d’initié (rires) ?

Franck Martini : J’essaies seulement d’anticiper sur demain en réfléchissant, comme d’autres le font aussi, et depuis plus longtemps que moi (notamment les Hermance). Pas plus initié non plus, mais j’aurai bien aimé faire comprendre le truc de Danny avant qu’il sorte, à un très gros partenaire, leader international dans son domaine, qui était partant pour me suivre dans le bike au tout début 2009. Mais, les choses ne se sont pas passées comme prévu et tant mieux : vaut mieux déceler rapidement les trucs pas clairs dans ton entourage. Ensuite, il faut avouer que les vidéos de trial ne ciblent que les spécialistes. Merci à ceux qui les réalisent, c’est souvent beau techniquement et c’est un gros boulot que n’a visiblement pas encore fait la fédé (En a-t-elle d’ailleurs les moyens matériels ? Je ne le pense pas). Mais il faut être réaliste : on ne va pas faire rêver les gens en sautant sur des poubelles ! Danny a senti le vent, comme ceux qui étaient autour de lui, et il a fait du spectaculaire. Du vrai. Ce qu’il savait faire. Avec des références qui veulent dire quelque chose aux gens : la rue ! C’était pas si difficile. On pouvait faire différent mais aussi bien. On a perdu du temps depuis 2008 et on a pris du retard car maintenant, c’est beaucoup plus dur avec la culture discount : tout le monde est abreuvé de trucs toujours plus spectaculaires et risqués. Danny McAskill occupe la place et ceux qui viendront derrière ne seront que des seconds couteaux dans l’imaginaire collectif. Il faut au moins faire mieux et, cerise sur le gâteau, il est nécessaire d’inventer la suite… Imagine le défi ! C’est devenu très très complexe parce qu’il n’y a jamais de place pour deux. J’ai proposé à Vince en juin 2009, de partir plutôt sur d’autres challenges que j’avais en tête et qui seraient plus intéressants en terme de carrière et de vie sportive, mais il m’a dit qu’il avait encore un truc à finir dans le trial. Deux ou trois années. Alors je le suis. Et quand il aura fini son « truc », on verra…

Vince : De mon coté je suis convaincu de cela depuis un long moment, avec Dom nous avons été les premiers a se rendre en Angleterre voir la mouvance, car c’est souvent là que les choses démarrent, notamment dans la mode par exemple. Du coup on a vite senti que l’évolution du trial passerait par la rue. Du coup la première étape a été d’arrêter les casques pointus, puis les trucs de danseuse moulants (quand je vois que ça revient, à la mode je suis vert... Et après on va pleurer de ne pas intéresser les gros partenaires... bref). De là mon père m’a dit 1000 fois de me tourner vers le street mais ma réponse a toujours été la même : certes c’est là qu’on devient une rock star, mais je n’ai qu’un rêve et c’est de redevenir champion du monde. Du coup je ne suis vraiment pas envieux d’un mec comme Macaskill, il fait des trucs de fou, il apporte un éclairage sur notre sport et il a un état d’esprit super. Bref respect !

JPEG - 182.8 ko Franck, la saison passée, tes prévisions pour les championnats du Monde étaient « chirurgicales » puisque tu envisageais que Kenny Belaey puisse gagner à 50/50 en Australie ! A votre avis, pour tous les deux, quel sera le Champion du Monde 2010 ?

Vince : Moi.

Franck Martini : J’en sais rien encore : on va encore tenter de barrer sportivement la route à Kenny déjà, vu qu’il est aujourd’hui n°1 mondial UCI et que c’est ce que retiennent les observateurs sportifs extérieurs, les gros sponsors et l’histoire. Il faudrait shooter le mondial UCI aussi, mais pour ça, il faudrait que Gilles prenne sa retraite ! (rires). Plus sérieux, K-124 est un team d’élite, faire des perfs c’est assez difficile pour ne pas avoir à se tirer dans les pattes entre pilotes ou entre staff. On fait notre boulot chacun de notre côté et c’est très bien ainsi. Au sujet de Canberra, Kenny a été bon et objectivement, il a super bien géré sa course et tous les autres. Je n’ai pas tenu à voir la fameuse vidéo qui met en exergue l’erreur des juges au début du parcours qui l’a apparemment pénalisé. Ce n’est pas le problème aujourd’hui, et le vainqueur n’est pas à blâmer car il n’y est pour rien : il a bien fait son boulot, (et n’a pas mis de main volontaire lui comme d’autres en foot !). Par contre, cela jette un discrédit à l’intérieur du milieu qui ne devrait pas exister. Quand je disais en août que j’espérais que le meilleur gagne, je le pense toujours. Fondamentalement. Même si c’est un adversaire. On est là pour ça, pas pour être tordu. Quand un mec est bon, j’applaudis toujours.

JPEG - 246.8 ko L’arbitrage fait partie de la compétition…

Franck Martini : Mouais, mais je n’aime pas trop ces trucs qui rendent l’enjeu fragile et risqué. Gilles a du le vivre dans l’autre sens par le passé je crois. Mais surtout, rater un titre sur une erreur, ça doit faire gamberger, c’est sûr, et le sentiment d’injustice doit être énorme au vu des sacrifices. Et puis tout le monde peut penser que ça peut arriver à tout moment et pour n’importe qui. Et je ne trouve pas ça très « libérateur » pour les sportifs. Par contre, le fait que Vince n’ait jamais rien dit sur le sujet, je trouve ça réglo : en tout début de compétition, ça aurait stratégiquement changé beaucoup de choses pour lui. Peut-être faudrait-il à ce niveau de performance, intégrer la vidéo avec caution financière comme garde-fou en cas de contestation non validée, et après visionnage pluripartite ? Pourquoi pas. Il faut que le titre soit indiscutable, même si la bagarre est intense. Mais polémique à part, regarde objectivement le boulot énorme que fait Kenny pour le trial : il a l’intelligence de rouler pour lui mais aussi de mettre en valeur les autres. Il donne. Il bouge. Il partage. Il raccroche sa pratique à une histoire de la discipline. Il ne se met pas seul dans la lumière. Et puis il sait être à 120%. Il a aussi un vrai charisme : il est bilingue, il s’exprime parfaitement avec les médias, possède une grande expérience et il dit des choses intelligentes qui dépassent le trial. Il y a ce que tu entends dire d’un homme dans son dos et puis ce que tu pressens de ce qu’il est. Kenny, personnellement je le respecte beaucoup depuis que je l’ai rencontré à Londres, et je sais que c’est réciproque.

JPEG - 176.1 ko Justement, K-124 Performance se positionnait alors par rapport à Kenny sur les épreuves mondiales, mais son moteur ne serait-il pas plutôt l’émulation entre Vincent et Gilles ?

Vince : Je vais être franc : il n’y a aucune émulation entre Gilles et moi tout simplement car nous n’avons aucun contact. Pas de polémique par rapport à cela, juste pas d’affinité. Sur un plan personnel, ce n’est pas le mec du milieu que j’apprécie le plus, mais il est sûr que si je ne gagne pas, je préfère voir gagner un autre Koxx l’emporter. Ça me console vraiment de voir un bout de mon histoire dans ce sport porté haut, même si ce n’est pas par moi.

Franck Martini : Le moteur de K-124 Performance positionné sur Gilles ? Bien sûr que non, avec Dominique, le Boss de K-124, on a la même vision : on roule tous sous les mêmes couleurs ! Non, ce serait inepte. Disons que Gilles est un concurrent pour Vince alors que les autres sont plutôt des adversaires. Le premier a une technique aboutie qui est très très intéressante car elle permet d’aborder et d’améliorer des aspects fondamentaux dans la discipline, comme les anglais l’ont fait précédemment. Si tu es pilote et que tu regardes rouler Gilles, sa manière d’aborder les obstacles ça te fait obligatoirement progresser. Il te montre les voies à exploiter. Vince affirme volontiers que le martégual est sans conteste le plus technique actuellement dans le trio mondial de tête. Mais c’est aussi Gilles qui, indirectement, le pousse à progresser et à accepter de modifier son approche du trial. Les deux veulent être les plus forts, et il y en a un qui peut rester devant : alors c’est normal qu’ils se tirent la bourre ! Si Vince s’aligne au départ, c’est qu’il sent qu’il peut passer, sinon il ferait autre chose. Il ne lui reste qu’à passer ! (rires).

JPEG - 218.5 ko Qui est le plus dangereux adversaire de Vince, et que pouvez-vous nous dire sur le travail que vous effectuez cet hiver et quelle approche de travail vous avez privilégié (physique, technique, psychologique, etc...) ?

Vince : Pour reprendre une formule arrogante mais qui définit assez bien ce que je pense, je dirais que je suis mon plus grand adversaire. Je dis cela par rapport au fait que si je solde certains problèmes techniques (et on s’y atèle quotidiennement !) je vais vraiment passer un cap, déjà par la sérénité qui se dégagera de ma manière de rouler. De là découlera une meilleure exploitation de mon physique, et bien sûr, un meilleur recentrage de ma motivation. Je ne crois que l’on puisse dissocier ces 3 aspects, auxquels s’ajoute la stratégie en course. Du coup, si je continue d’avancer comme je le souhaite, tout se mettra en place simplement. Il faut simplement du temps. Je pense avoir fait la moitié du chemin vers ce à quoi j’aspire pour avoir de grosse grosse chance de gagner le titre mondial de nouveau.

Franck Martini : Pour moi, il y a les trois premiers UCI et quelques pilotes, jeunes loups ou vieux briscards qui peuvent déborder le peloton. Mais le plus dangereux pour lui, c’est vraiment lui-même ! Et ce n’est pas non plus de la langue de bois : je pense que Vince est capable de battre n’importe qui en compétition. Quand il a le feeling, il est extraordinaire sur les obstacles et peut être très combatif. Par contre, on a adopté dès janvier une approche nouvelle car Vincent reste encore prisonnier d’un apprentissage technique qui fait la part trop belle à ses points forts, (notamment aux techniques corps soudé au vélo et aux placements en antéversion trop en charge exclusive sur la roue arrière). J’ai mis les choses à plat cet été. J’ai identifié des zones totalement inexploitées par Vince sur certains passages, tout comme des formes de dissociations inédites pour lui. Il a compris que nous étions à un carrefour : où bien on renforçait les points forts, ou bien on bouleversait complètement son système de repères et on s’engageait dans une approche absolument nouvelle.

Et Alors ?

Franck Martini : On a opté pour le saut dans le vide … la grande modification ! En se disant qu’aux championnats du monde 2009 ce serait dur. Mais on sait que c’est une chose qu’il faut savoir faire dans la vie : se remettre en question, faire table rase et recommencer. Il a vu qu’il s’engageait dans une impasse, il s’est arrêté, a écouté et puis il a changé de direction : il faut beaucoup d’une forme de courage liée à l’humilité pour ça. C’est une remise en question profonde et même dangereuse si on est faible, car on est alors jamais ou très rarement en réussite. Notamment à l’entraînement, qui devient frustrant et déroutant. C’est une forme de traversée du désert. Les références ne sont encore pas stables, mais ça va venir. Il faut faire maintenant ce qui n’a pas été fait avant. Alors on fait profil bas et on bosse. Y a pas de raisons, et surtout pas de hasard en sport. Il a une marge de progression de 30 à 35%, très importante, toutes qualités confondues qui peut être améliorée jusqu’en septembre 2010. Il faut simplement qu’il soit au max de ce qu’il peut faire et qu’il gère efficacement ses ressources. A nous de développer ces compétences d’ici les échéances. Je bosse toujours pour dégommer les autres, même ceux que j’apprécie. Faut pas s’inquiéter. J’espère que déjà, aux Koxxdays 2010, il sera au moins en partie en forme et que le baston sera beau et enthousiasmera les spectateurs. Ce sera une plate-forme de réflexion pour la suite.

Des blessures ?

Vince : Les blessures c’est dans la tête arrrrglll ! Non je plaisante bien sur. J’ai eu quelques petits pépins mais rien de sérieux, comme depuis le début de ma carrière d’ailleurs (je crois que quelqu’un veille sur moi...) Sinon pour ce qui est des blessures dues a une surcharge ou une mauvaise gestion de l’entraînement (tendinite, périostite, douleur au dos, période de creux...) c’est vraiment exceptionnel, et c’est dû à la super gestion de Franck a tous les niveaux, aussi sur le plan diététique je crois.

Franck Martini : Comme tous le monde. Une bonne qui nous a pourri un mois entier. Vince ne veut pas porter de protections…un bout de rocher à cédé lors d’un départ de transfert aux Chênes et Vince a percuté sérieusement son genou gauche. Radio, IRM, etc. Mais bon, on est pas là pour pleurnicher : ça arrive à tout le monde, ce n’est pas une excuse ! Ce ne serait que moi, il serait harnaché, mais il veut pratiquer intègre : pas de protection, pas de parade, pas crash pad, pas de module derrière l’obstacle pour se rattraper au cas où... Alors il faut bien faire avec ! Même l’hiver il est presque à poil pour rouler. Pas moyen de lui mettre des épaisseurs. Il déteste les polaires ou les collants, sauf s’il fait très froid en compétition. Mais c’est exceptionnel.…

JPEG - 81.9 ko Ah, pourtant la plupart des pilotes se sont mis aux sous-vêtements techniques ? Et au fait, pourquoi Vince porte-t-il un le short de combat sur les zones maintenant !

Franck Martini : Merci, pour les collants, je le sais (rires), c’est moi qui ai poussé le premier l’utilisation des Skins et même le matos d’escalade en trial ! (shoes et tapis). Mais le but servait alors à rassurer plutôt le pilote en insistant sur l’effet sensation proprioceptive. Vince lui, n’en éprouve pas le besoin et ne supporterait d’ailleurs pas la moindre aide, même psychologique. Alors on est définitivement passé au short et teeshirt. Et il n’y a pas de problème. De toute façon, les collants je trouvais ça cool quand personne n’en avait, ça donnait une touche particulière, une signature corporelle, mais maintenant c’est devenu un peu « has been » pour moi. Tout le monde rentre dans le rang en se copiant dessus ; c’est un peu déprimant. Désolé de le dire mais les pilotes se ressemblent presque tous : y a pas d’âme ! En Boarder Cross aux JO, les frères De le Rue expliquaient que les mecs qui concouraient, choisissaient de s’habiller large en dépit des exigences institutionnelles qui leur imposent des tenues collantes. Ca c’est cool ! Ils marquent une différence, ils affirment et défendent ; ils ne cherchent pas à gommer leurs différences pour tous se ressembler. Je préfère voir un pilote défendre une approche perso dans sa tenue vestimentaire parce qu’elle est la première chose visible sur une vidéo, pour le public ou les podiums, plutôt qu’il reste dépendant de croyances fragiles ou d’une mode textile.

Vince : Ca recoupe un peu ce que je disais plus haut, à savoir qu’au niveau de l’esprit, on fait un mal fou au trial à se saper comme des pingouins. Certains ont besoin de ça pour se sentir en confiance, mais moi je n’assume vraiment pas d’aller rouler en street pour faire glousser les minots. Je veux qu’ils aient envie de monter sur des trials, et comme répulsif rien de tel que le moulant ! C’est culturel. Après je tente d’avoir une approche un peu originale, comme les shorts de boxe. Mais pas une seconde je ne prétends détenir la vérité là dessus. C’est juste des inspirations qui me parlent et que je trouve esthétiques. Mais je serais le premier comblé si des mecs débarquaient en lançant des modes. On devrait tous plus se lâcher, ça égaierait les compet’ et ça dédramatiserait le truc !

Et le short ?

Vince : Il faut revendiquer et défendre un certain « way of life » du trial qui vient à la fois de l’urbain et du domaine de la mythologie du sport (comme ce short qui est une réplique de celui de Mohammad Ali ou les chaussures inspirées du Taekwondo par exemple). Je l’ai dis : les jeunes qui découvrent le trial trouvent assez glauque de rouler en collant car c’est ambivalent et c’est trop proche des disciplines aux relents de dopage. Tu ne me feras pas m’aligner sur la mode cycliste de route, c’est clair.

Franck Martini : Et puis évidemment Vince roule aussi sur le matos qu’il développe pour K124 puisqu’il cherche à le rendre toujours plus performant : tu imagines s’il roulait avec fringues ou même des chaussures différentes de celles qu’il dessine, fait concevoir et commercialise ? T’imagine un sportif pouvoir défendre ça vis à vis de son public ? Impossible ! Pourquoi tu ris toi ? (rires). L’approche de Vince est originale et elle assume surtout ses choix, je trouve ça plutôt rassurant comme attitude.

Quel est le meilleur pilote actuel ?

Franck Martini : Sportivement ? C’est indéniablement celui qui est premier en compétition ! Le champion du monde sur une seule course qu’il ne faut pas rater, ou le n°1 UCI pour son endurance sur toute la saison. Selon tes critères. Ou les deux quand c’est le même comme en 2008 ! Mais maintenant si tu me demandes, intrinsèquement, qui est le meilleur pilote pour moi, techniquement il y en a trois avec une avance pour Gilles. Mais dans l’absolu, j’avancerai le nom de Giacomo Coustellier : il ne cherche pas à franchir absolument, il recherche au contraire une certaine esthétique combinée à la recherche de performance. Giaco préfèrera échouer en seigneur que tenter un passage « petit bras », en magouillant pour passer à tout prix. Et quand il passe, il veut que ce soit nickel, que ça envoie propre, ou alors il râle à mort. Mais je crois que les obstacles tordus, qui louvoient, ce n’est pas son truc et que c’est ça qui le rend spécial. Il aime le trial d’homme. Violent et doux à la fois. Même si ça le perd parfois en compétition, c’est une référence : il est très apprécié par les anglo-saxons. Comme quoi, ce ne sont pas des résultats en compétition qui te font aimer des gens, c’est un certain feeling. Lui il l’a. C’est clair. Et pour l’avoir ça, c’est une autre histoire.

JPEG - 71.2 ko Les entraînements, c’est du type prise de tête ou cool ?

Vince : Je ne suis vraiment pas du genre a rouler 4h de suite, 3 fois par jour. J’ai besoin de réfléchir à ce que je fais, et Franck partage aussi cette démarche. Des fois, c’est plus le cercle des poètes disparus que de l’entraînement... Quelques fois nous sommes tombés dans l’excès par manque de recul, à trop enchaîner les séances sans jours de repos. Le truc c’est que les jours où je ne roule pas, je culpabilise ; mais c’est nécessaire pour avancer. Quand tu montes sur le vélo "frais et dispo" tu peux explorer de nouvelles pistes et mettre en place ce que tu as en tête, plutôt que de rouler pour rouler toujours sur les mêmes passage. Je commence à intégrer le truc.

Franck Martini : Ce n’est pas prise de tête mais disons intense intellectuellement. Je sors vanné des séances d’observation et de régulation. Ce qui est super, c’est qu’on échange beaucoup parce que Vince cherche à comprendre. Un peu trop parfois (rires) : la réflexion lui bloque parfois des choix évidents qu’un mec moins fin pourrait adopter plus rapidement. Mais c’est l’envers de la médaille. Le travail de recomposition de sa technique demande de la concentration et de réfléchir beaucoup car Vince n’a pas encore les automatismes nécessaires. Quand il est focalisé sur des aspects particuliers, tout le cerveau n’est plus disponible pour le reste. C’est un peu le type de problème des tâches associées en neurobiologie, mais je préfère un intello qui expérimente qu’un bourrin qui réussi sans savoir pourquoi. Peut-être parce que je suis comme ça, ou parce que j’apprends aussi comme ça, tout en régulant. Vince à développé un trial physique qui n’a pas de rapport avec ce qu’il est au fond. Vincent, c’est d’abord un homme intelligent, capable de s’adapter : il s’intéresse à beaucoup de choses, il lit énormément, il sort souvent, s’intéresse à la culture en général et il reste attentif aux difficultés des moins performants. Son cercle d’amis est solide, se renforce et s’agrandit. Il ne se désagrège pas petit à petit, et ça c’est un signe fort. Le seul truc que je déteste c’est lorsqu’il râle à l’entraînement. Mais il progresse là-aussi. Cela devient plus rare (tant mieux parce que ça, ça me sort des yeux !…). Sinon les séances bestiales, c’est pour tester la bête. Savoir comment il répond aux sollicitations. Je commence à cerner l’animal…

JPEG - 289.7 ko A côté du Trial tu travailles sur des défis particuliers ?

Franck Martini : Heureusement ! Mon premier roman s’appelle « Un coup d’épée dans l’azur » : il est sorti en janvier 2010 (380 p, Editions Lacour, Nîmes). Achetez-le ou alors commandez-le sur Internet (http://www.editions-lacour.com/un.c...) ! Mes droits d’auteur sont intégralement reversés à la Fondation Abbé Pierre ! L’histoire est vraiment spéciale et très cérébrale. Sinon en sport, j’ai travaillé avec un mec en or humainement : Jimmy Colas (boxeur pro WBA Union Européenne et WBC Amérique du sud). Je suis aussi en contrat avec Alex Caizergues un pro kiter, Champion du Monde 2009, qui a battu le record du Monde de vitesse en Namibie après six mois de travail ensemble. Je travaille ponctuellement avec d’autres athlètes, mais dans des disciplines plus dangereuses, comme pour Gaëtan Martinez (photos terribles sur mon blog http://coachglobal.blogspot.com). Tout ça tourne autour de la même chose : les émotions. Car c’est bien ça qui nous fait tous vivre, non ?

Vince : Il essaie aussi de me sortir de la drogue et des gangs ! Mais je suis trop « ghetto » comme mec, alors c’est pas gagné !... (rires). Non sérieux je crois que le défi de Franck c’est aussi de partager une approche de la vie super intègre et authentique. En exagérant le trial est presque devenu une illustration de ce qu’on recherche, plus qu’une fin en soi.

Hé oui ! Justement, en parlant d’émotion : vous portez les tshirts de la Tribal... Merci beaucoup à tous les deux ! C’est quelque chose d’énorme et de très motivant pour toute l’équipe ! Vous avez apprécié le nouveau logo 2010 ? On aime bien avoir des avis extérieurs sur le travail que l’on fait au quotidien... Quel est le vôtre ?

JPEG - 95.1 ko Vince : A bon, y a un nouveau logo ? Moi j’en sais rien j’y vais jamais sur votre machin... Sérieux, je suis assez pour le nouveau, mais je suis partagé parce que j’aime les logos immuables, si ça ne tenait qu’à moi les logos des marques k124 ne changerait jamais ; idem pour le site !

Franck Martini : Le nouveau logo ? Je déteste ! (rires). Sérieux. J’aime les versions pur vintage : noir et blanc. Sobres comme la peinture mat des Black Sky. N’envoie pas les nouveaux, je garde vos vieux teeshirts ! Question de nostalgie…

Vince : Pour conclure je voudrais juste vous remercier de ce que vous faites pour le trial, pour créer un esprit propre à notre sport, je crois que c’est ce qui lui manque le plus. On doit tous se sentir partager un vrai truc en commun, au delà de l’entraînement hebdomadaire... Un gros merci aussi à Hermance corporation, Koxx, k124 performance, Sportserveur, le club de Melun que je rejoins cette saison, le comité départemental de cyclisme de Seine et Marne et le parti communiste français (non ça va, je déconne...)

Merci les mecs & rendez-vous à La Tour de Scay !

Retranscription : Didier Sdringola pour Tribalzine, Istres, mars 2010. Crédit-photos : K-124 Performance, Photo by Sergio, Trial Team Hoffmann, Mitch Ho. Merci à tous !

JPEG - 95.3 ko


Articles récents / Recent articles

lundi 29 mars 2010
par Jebegood

Supermance & Franck Martini sur le divan (1/2)

Vincent Hermance & Franck Martini passent sur le divan de Tribalzine à l’aube de l’ouverture de la saison trial 2010, par la traditionnelle grand-messe des K-124 Days ! Première partie des confidences...

dimanche 28 mars 2010
par Jebegood , TK

Stage trial du 14 au 16 avril

Le pilote belge Thierry Klinkenberg organise un stage de trial de trois jours pendant les vacances de Pâques, les mercredi 14, jeudi 15 & vendredi 16 avril 2010. Tous les renseignements par ici !

dimanche 28 mars 2010
par Jebegood , Max

Le bus des K-124 Days 2010

Pour vous rendre aux K-124 Days 2010 depuis Paris et pour en revenir, K-124 met à votre disposition un bus de 50 places équipé d’une remorque pour pouvoir emmener votre vélo !

samedi 27 mars 2010
par Jebegood , Laurent

Le calendrier BIU 2010

Le Championnat d’Europe de Bike Trial qui devait se dérouler en Andorre les 22 et 23 mai est malheureusement annulé par manque de moyens. Voici le calendrier 2010 définitif de la fédération BIU.

samedi 27 mars 2010
par Jebegood , Laurent

Supermance à Buthiers

Mercredi après-midi, on a roulé avec Vincent Hermance. On en a profité pour lui poser quelques questions sur sa nouvelle vie dans le Sud, sa préparation, sur Koxx... Et prendre quelques photos bien hardcores !

vendredi 26 mars 2010
par Jebegood

Gerard Aguilar #1 à Folgueroles

La troisième manche de la Copa Osona 2010 s’est déroulée ce dimanche 21 mars à Folgueroles et a été de nouveau remporté en Expert par Gerard Aguilar, qui prend la tête du classement général !

vendredi 26 mars 2010
par Jebegood , Pich Zanón

Benito Ros #1 à La Vall d’Uixó

Benito Ros a remporté la première manche du Championnat de Trial de la Communauté de Valence dimanche dernier à La Vall d’Uixó devant Juan Antonio Linares et Juanda de la Peña. Compte-rendu et photos par ici !

jeudi 25 mars 2010
par Laurent

Le Championnat National de Bike Trial 2010

Le club Vélo Trial Labège organisera les 29 et 30 mai 2010 le Championnat National UFOLEP de Bike Trial. Retrouvez la présentation, le règlement, le programme complet et tout ce qu’il faut savoir sur cette épreuve par ici !

Tuesday 23 March 2010
by Jebegood , Michel Romen

NODABS Opening Jam

NODABS is the new name of the webshop, formerly known as RideActive.nl, the #1 biketrials specialist in the Benelux countries, founded by Micher Romen. Here are some pics of the NODABS opening jam...

mardi 23 mars 2010
par Steph’

Supermance #1 à Sury en Vaux

Vincent Hermance a survolé ce dimanche la quatrième manche du Trophée régional Ufolep Centre / Ile De France organisée à Sury en Vaux. Kevin Aglaé est 2nd et Tom Francisco 3ème. Les résultats des courses par ici !

mardi 23 mars 2010
par Jebegood , Max

Les K-124 Days se préparent...

Le staff K-124 était à la Tour de Scay la semaine dernière pour finaliser la préparation des K-124 Days 2010... Voici un avant-goût du cocktail détonnant qui nous sera servi frappé dans quelques jours !

lundi 22 mars 2010
par Jebegood , Easy Bike

Les Fans Evo 20" 2010

Cao Gong Cang, le boss d’Easy-Bike, nous fait suivre les premières images des Fans 20" 2010, les Fans « Evo », qui sont désormais conçus en aluminium U6 et améliorés sur de nombreux points.

jeudi 18 mars 2010
par Jebegood , Trialprod

Nouveautés Echo 2010 chez Trialprod (1/2)

Notre partenaire Trialprod a reçu un premier arrivage de nouveaux composants Echo 2010, avec notamment la nouvelle roue libre en titane (143g), des pédales simple cage à 35€ ou encore des pignons en titane !

jeudi 18 mars 2010
par Steph’

5 minutes avec... Guillaume Dunand !

Entrevue avec le N°1 Ozonys Guillaume Dunand, 5ème du Classement UCI et de la Coupe du Monde 2009, qui revient sur ses débuts, son palmarès, sa dernière saison et évoque ses objectifs 2010.

mercredi 17 mars 2010
par Jebegood , Wesley Belaey

Wesley Belaey et son Curve 26

Le N°2 Ozonys Wesley Belaey nous a fait suivre quelques clichés d’un récent entraînement en artificiel. On en a profité pour lui poser quelques questions sur son nouveau Curve 26, sur 2009 et sur 2010...

TRIBAL FLASH

19 septembre 2017 - Calendrier Ufolep Est : 1ère course samedi 23 septembre à Barbey-Séroux !

Voici les premières dates des compétitions de Trial régionales de la nouvelle saison dans la partie est de l’hexagone. Le Trophée (...)

18 septembre 2017 - Compétition nocturne à Montauban le 23 septembre

Le Montauban Trial Club a le plaisir de vous annoncer la "SESSION II" de sa Compétition Nocturne. En effet, pour ses 10 années d’existence, (...)

14 septembre 2017 - Coupe FFC Auvergne Rhône Alpes 2017 : 6ème manche à Savigneux le dimanche 17 septembre !

Le club du Vélo Vert Savignolais organisera la 6ème manche de la Coupe Auvergne-Rhône-Alpes 2017 de Trial ce dimanche 17 septembre ! Une (...)

14 septembre 2017 - CIRO Trial 2017 : le VCS Betton vous attend dimanche 17 !

L’équipe de bénévoles du Vélo Club Sportif de Betton s’est mise en marche pour tracer le trial de Betton et vous attend de pied (...)

26 août 2017 - Programme d’Albertville 2017, finales en live sur le channel UCI !

Voici le programme complet de la 4ème étape de la Coupe du Monde UCI Trial 2017, qui investit pour la troisième année consécutive Albertville et (...)

22 juin 2017 - Coupe FFC Auvergne Rhône Alpes 2017 : 5ème manche à Petit-Coeur le dimanche 25 juin !

Le club de Vélo Trial Petit-Coeur La Léchère organisera la 5ème manche de la Coupe Auvergne-Rhône-Alpes 2017 de Trial ce dimanche 25 juin ! Une (...)

22 juin 2017 - Coupe FFC Grand Sud 2017 : finale à St Sulpice le dimanche 25 juin !

La finale de l’édition 2017 de la Coupe FFC Grand Sud de Trial se déroulera le 25 Juin dans la petite ville de Saint-Sulpice-sur-Lèze en (...)

10 juin 2017 - Championnat Centre IdF 2017 : les zones de la finale de Larchant !

La finale du Championnat Centre / Ile-de-France Ufolep 2017 de Bike Trial se dispute ce dimanche 11 juin à Larchant. Retrouvez les infos sur ce (...)