Koxx Marc Vinco Derangboy 2006

vendredi 28 octobre 2005
par Jebegood , Titixm , Jozz
popularité : 9%

1 - 28/10/2005 : Déballage & séance toffs...

Enfin le Jour J tant attendu : le team vient d’adopter deux Vinco Derangboy... un rouge et un blanc ! Grand moment d’émotions... les bikes sont tout simplement magnifiques avec une finition à couper le souffle ; c’est vraiment du matos abouti... heureusement nous diriez-vous car ils ne sont pas donnés, mais à l’arrivée, on ne peut pas être déçu.

JPEG - 60.7 ko La finition noire brossée est toujours aussi sobre et efficace.

Les erreurs du passé ont été corrigées bien comme il faut... Les manivelles ne peuvent plus toucher les HS 33 arrière, dont elles sont séparées d’un bon centimètre. Leur finition soit dit au passage est magnifique : à l’intérieur, elles sont désormais usinées et à l’extérieur, un logo try-all ressort de la masse... le tout est splendide et inspire la confiance. Des fixations particulièrement bien conçues attachent les cables de frein arrière et de dérailleur au cadre.

Des renforts supplémentaires viennent accroître la rigidité du boitier de pédalier, et puis il y a ce "mv" à la place du tube de selle, qui reste dans la lignée de l’ensemble... sobre et efficace !

Par contre une surprise, bonne ou mauvaise selon les goûts au niveau de la position... la potence a raccourci d’un bon centimètre et a un peu moins d’angle ! Elle fait 150mm de longueur pour 30° d’inclinaison (contre 165mm / 35° pour le Promodel). Ceux qui viennent du vinco promodel seront sûrement déçus, pour les autres la transition sera peut-être plus aisée. A voir sur le terrain...

JPEG - 35.9 ko En se penchant sur ce poste de pilotage, on s’interroge... le cintre semble avoir évolué ?... Mais oui... Il est "oversize" dans le sens où son diamêtre est uniforme sur toute sa longueur, alors que l’ancien cintre "Yourself réplica" lui rétrécissait quelques cms après la prise de la potence. Bien, bien, ce cintre est donc plus costaud ! Quant au cintrage, il ne change pas et c’est parfait. Le cintre fait toujours la même longueur que l’ancien, et 4 ou 5 marquages en bout de guidon permettent de le raccourcir précisément à l’aide d’une scie à métaux, pour l’adapter au gabarit de chacun. On note au passage la finition exemplaire de la nouvelle potence, qui laisse entrevoir le pivot de la fourche à l’arrière ; on peut également remarquer par ailleurs que les vis de serrage sont situées de part et d’autre dudit pivot, ce qui permet encore une meilleure prise. Bravo à Koxx pour tous ces efforts sur les périphériques, ça le fait vraiment, comme on dit.

JPEG - 32.6 ko Concernant l’empattement, les 1095mm (1110 chez peppl ?) annoncés ne sont pas au rendez-vous... à l’arrivée et après moult mesures il fait très exactement 1090mm. C’est peut-être une bonne chose, on verra cela sur le terrain...

Concernant le poids, là c’est la claque, mais il faut qu’on refasse une pesée avec une autre balance pour confirmer... la première pesée annonce un poids légèrement supérieur à 10.5 kilos avec le dérailleur, son cable et sa poignée ! On retente l’expérience un peu plus tard avec une balance électronique... une fois, deux fois... au final on obtient un poids légèrement supérieur à 10.4 kilos !!! Contre 11 kilos environ pour son aîné le Promodel ! Notons que cela laisse augurer un poids de 10 kilos et quelques après avoir épuré le vélo, c’est à dire l’avoir passé en montage singlespeed... On est donc la catégorie des poids légers !

JPEG - 35.9 ko Voilà, donc tout cela ça promet et ça donne bigrement envie de rider... Que pourrait-on trouver à redire ? Eh bien ce nom tout d’abord... derangboy ?!? Pas très inspiré vinco sur ce coup là... ça fait un peu neuneu sur les bords, m’enfin tant pis, on s’y fera... Et puis un détail concernant la fourche... il n’y a plus de point de fixation prévu pour attacher la gaine du frein, mais Koxx promet d’envoyer à tous les heureux propriétaires de ce nouveau modèle un système d’attache avec velcro pour remplacer le rilsan, ce dans les plus brefs délais ! Et puis c’est vrai que beaucoup l’auraient préféré en noir, dommage mais bon, on peut toujours l’apprêter un peu et la passer au pisto’ ou à la bombe ;) Sinon, on regrettera sincèrement que Koxx n’équipe pas d’origine ses modèles haut de gamme d’une roue libre vraiment adaptée au trial, c’est à dire d’une Eno White Industrie verte, en lieu et place de ces ACS, qui finissent toujours par craquer un jour où l’autre...

Quelques vues d’ensemble du spad de Jébegood... en noir et blanc !

JPEG - 96.3 ko

JPEG - 89.9 ko

& le spad de la Jozz... en rouge & noir !

JPEG - 104 ko

JPEG - 98.7 ko

JPEG - 93.1 ko

& un zoom au niveau du boîtier de pédalier Isis et de la roue libre... Eno White Industrie Spécial Trial... toujours une option :-)... mais vivement conseillée...

JPEG - 69.7 ko

Voilà pour les toffs des bikes tels qu’ils sont quand on les reçoit de l’usine. Parce que maintenant, il va bien évidement falloir les préparer un minimum avant d’attaquer les rocks.

2 - 29/10/2005 : Préparation MV derangboy...

Bon, maintenant il s’agit de préparer ces deux magnifiques bêtes de trial à l’épreuve de la zone. Car même à ce prix, les deux spads tels quels ne peuvent pas prétendre attaquer une zone ! Les manivelles ne sont pas serrées, le seul rapport qui ne saute pas c’est à dire celui qui se situe dans l’axe de la roue libre est bidon, les freins arrières ne sont pas réglés, le meulage de la jante arrière semble bien trop léger (aucune abrasivité)... en bref il y en a pour deux bonnes heures de taff si on veut que tout soit nickel. Sans compter qu’il va falloir mettre tout cela en config’ singlespeed, car le dérailleur n’a pour nous aucun intérêt dans la pratique du trial... il allourdit le vélo inutilement et il bride la direction. D’ailleurs on ne peut même pas s’en servir de ce dérailleur, vu que le seul rapport qui ne saute pas c’est celui qui est dans l’axe de la roue libre... Allez on descend au garage chercher les outils et vivement qu’on puisse enfin taquiner les zones.

Donc c’est parti séance bricolage...

JPEG - 21.3 ko Après les quelques petits coups de clés à droite à gauche pour resserrer manivelles, cintre, potence etc... on attaque le gros morceau... le montage en singlespeed. Pour le moment n’ayant pas encore trouvé de tendeur vraiment valable (mais heureusement ça commence à bouger de ce côté là, à suivre...), on décide de faire un petit bricolage maison qui a fait ses preuves (un an sur un vinco promodel sans dérailler une seule fois) et qui assure une tension maximale. En fait on transforme le dérailleur (il s’agit là d’un Shimano Tiagra 9V, un dérailleur de route) en tendeur de chaîne. Mode d’emploi... On démonte en fait tout d’abord le bras intérieur de la patte de dérailleur. Ensuite on enlève la roulette supérieure. Puis enfin on place un boulon derrière la roulette inférieure, la seule que l’on conserve. Bien évidemment on a viré la poignée grip-shift, le cable, la gaine et la molette de réglage, remplacée par une vis pour l’esthétique. Ensuite on peut s’attaquer à la modification de la cassette... Après plusieurs essais, il s’avère que pour avoir le pignon choisi pile poil dans l’axe de la roue libre, il faut placer précisément 6 entretoises entre la jante et celui-ci (et non 5 comme sur la photo, sinon ça saute !). Voir les toffs ci-dessous pour le résultat... simple et efficace, et puis pour ceux qui font de la compèt’ ça peut permettre de feinter les commissaires ;-)

Voilà, ensuite on va se faire un petit plaisir en relookant au passage le cintre blanc... Attention aux yeux ;-)

JPEG - 41.8 ko

Après cela, on passe au réglage des HS 33 arrière... Sur ce, il faudrait ensuite enchaîner sur un meulage en règle de la jante arrière, mais c’est trop tard tant pis on fera ça plus tard... il est l’heure de prendre la route direction le spot de la Pierre Glissoire (Ormoy-Villers) pour un premier tour de roue...

Voilà les toffs des bikes fin prêts pour rider...

Le blanc...

JPEG - 85.1 ko

JPEG - 180.8 ko

& le rouge...

JPEG - 83 ko

JPEG - 159.1 ko

Allez, il est temps de passer à l’étape supérieure et de mettre ces deux beautés à l’épreuve du rock...

3 - Test MV Derangboy, par Jébegood ...

[Ancien spad : KOXX Marc Vinco Promodel]

Bon, les vélos sont fins prêts pour un petit test en naturel ... Nous allons vous livrer ici nos premières impressions... on dit souvent que ce sont les bonnes ! Allez, en route direction Ormoy-Villers, un petit Buthiers perdu dans l’Oise.

JPEG - 102.8 ko

A peine garés, on sort les spads comme des furieux... Pas le temps d’attendre d’être sur les cailloux, j’ai envie de savoir de suite comment il se comporte sur la roue arrière !?! Est-il à la hauteur du Promodel, qui avait placé la barre très haute en la matière ? Allez hop les pieds sur les pédales, on enclenche le pied d’appel, on appuie et le vélo se positionne immédiatement sur la roue arrière. Là, il reste posé, il ne bronche pas ! Petits pogos, hop demi-tour, on avance tranquillement puis marche arrière, hop grosse extension et on se pose à nouveau sur cette roue arrière, prêt à repartir... Soulagé, et bluffé ! C’est bel et bien un Vinco, et un grand cru ! Non seulement on ne perd aucune sensation sur cette roue arrière, mais on y semble même plus à l’aise... probablement du fait de ce surcroît de rigidité apporté par les nouveaux renforts ! La position plus courte ne semble pas du tout pénalisante... Bon bah ça promet tout cela ! Allez on ferme les bagnoles, on mets les sacs sur le dos et on se jette dans le singletrack qui mène à la zone...

Nous voilà enfin sur les zones ! On se pose, et je goudronne cette jante arrière, qui n’est toujours pas meulée :( et hop on enfourche le bétail ! Cette fois-ci je reste tout d’abord posé sur les deux roues pour tester l’équilibre du vélo. Et là, déjà, je suis surpris par la stabilité du vélo. Il ne bouge pas d’un poil, l’équilibre est parfait ; pas la peine de le rétablir pour un oui ou pour un non... on est tout de suite à l’aise dessus et on sent que c’est du sérieux !

JPEG - 66.7 ko Je commence quelques mouvements au sol. Pas de doute sur ce point-là aussi...c’est toujours un vinco... la maniabilité reste exceptionnelle. L’arrière pivote aussi facilement qu’un Promodel... la potence longue et relevée confére un bras de levier un peu moins important (1,5 cm et 5° de moins), mais très largement compensé par la moindre longueur du vélo. Il se lève tout aussi facilement avec une petite poussée sur le guidon et l’endo vient naturellement, sans forcer.

Tout ceci est de bonne augure et appelle à attaquer une petite zone sans plus attendre... Bizarre, mais avec ce vélo, on a tout de suite envie de "manger" de la zone, alors que d’habitude j’attaque par des séries de franchissements ! Sur les cailloux, c’est la claque ! Le Derangboy prend immédiatement l’avantage sur le Promodel et s’avère vraiment très ludique sur les enchaînements... Il s’emmène beaucoup plus facilement du fait de ses 2,5 cm de moins, et de sa grande légèreté, et se révèle surtout beaucoup plus précis. Il enchaîne les cailloux sans broncher, sans précipitation et son grand équilibre permet au pilote de s’économiser en marquant des pauses où bon lui semble. On est en présence d’une bête de zones, qui à mon avis séduira sans nul doute les compétiteurs ; ma main à couper que la prochaine saison va être placée sous le signe du MV, avec des petits dérangboy partout sur les zones !

JPEG - 68.1 ko Maintenant, on se dirige directement vers un gros franchissement bien connu de nos services... Placement, concentration, un tour de manivelles et hop on tape l’avant ! J’ai placé la barre haute avec cette première marche, mais le vélo suit sans broncher et très vite ! Si vite que je me retrouve les deux pieds en haut de la marche, très surpris. En fait, le vélo, plus court, "envoie" beaucoup plus vite que le Promodel et se révêle beaucoup plus nerveux ! Il va falloir apprendre à l’apprivoiser le bétail. C’est chose faite au bout du troisième franchissement et je retrouve mes marques très rapidement, les Sticky permettant qui plus est de rattraper la moindre erreur. Par rapport à un Promodel, il faut aller chercher la marche un peu moins haut et laisser rouler un peu plus. Au final, je trouve le Derangboy aussi efficace et même moins physique !

Une fois monté, il faut redescendre... Sur les sauts, le Dérangboy est toujours aussi à l’aise que son prédécesseur. Il est aussi facile sur la roue arrière comme nous l’avons déjà remarqué, et permet donc de se positionner avec précision au bord de la marche. Mais par contre bonne surprise, l’amorti est à mon avis supérieur au Promodel, malgré une rigidité accrue par des renforts supplémentaires ; cela est probablement dû au fait de cette position plus courte et en même temps plus équilibrée.

JPEG - 60.5 ko Pour terminer cette session, je décide de tenter quelques extensions en transfert sur l’avant. Placement sur la roue arrière, coup de pédale et hop... le vélo part rapidement, la potence relevée facilite toujours le mouvement de pivot d’avant en arrière, et surtout on atteint le guidon plus facilement qu’avec le Promodel ! Ca promet, mais on restera sur ces premières impressions, car le hope n’est pas encore rodé et le freinage en conséquence est vraiment faible.

Donc pour conclure, je dirais que ce vélo consitue bien une véritable évolution par rapport au Promodel, et une évolution dans le bon sens. Le Promodel avait été un coup d’essai réussi, et même une véritable révolution imposant de nouvelles conceptions dans la géométrie des vtt-trial, avec son boitier haut perché et sa position de pilotage de type vélo-trial ; le Derangboy est un coup de maître, rectifiant les quelques défauts du premier vélo développé par Marc Vinco, notamment cet empattement un brin surdimensionné pour la plupart des riders, ou encore ce frottement des manivelles sur les HS 33 arrières. Le spad reste terriblement maniable, y compris sur la roue arrière, tout en gagnant en stabilité et en légèreté, devenant ainsi une bête de zones ! Personnellement, ex-promodelrider oblige, je n’apporterais qu’une modification supplémentaire à cette recette détonnante : une position légèrement plus relevée, du type de celle du promodel (165mm et 35°), même si la position actuelle se révêle déjà efficace, mais un peu trop "sur les bras" à mon goût.

4 - Test MV Derangboy, par Jozz ...

[Ancien spad : VARIO Tibo XL]

Le bike est déballé. Potence et manivelles serrées, derniers réglages, chaîne raccourcie, pignons superflus dégommés pour n’en plus garder qu’un (le 16). Le spad est opérationnel. Place à l’essai terrain. Avant tout, je précise que mon ancien bike était un Vario Tibo XL, de 1055 d’empattement et de 8 ans d’âge…

JPEG - 73.2 ko

Premiers tours de roues :

La prise en main du vélo est pour moi déroutante : il me semble très (trop) long, beaucoup plus stable que maniable. Je me dis que le temps d’adaptation va être proportionnel à l’empattement du vélo… Equilibre, premiers pogos sur la roue arrière (au sol) : et là, c’est la big claque ! Le bike tient tout seul, il est impressionnant de stabilité aussi bien deux roues au sol que sur la roue arrière. J’étais habitué aux petits rebonds roue av/roue ar pour maintenir l’équilibre avec mon Vario. Avec le Vinco, ces mouvements disparaissent quasi complètement. Je me sens de suite à l’aise. En revanche, ce guidon m’a l’air tout de même sacrément haut…. A voir sur une vraie zone...

JPEG - 41 ko Le bike en zone :

Acte 1 : direction Compiègne, un spot au beau milieu de la forêt : une série de cailloux « académiques » (entre 40 cm et 1 mètre de haut), aptes à mettre en évidence qualités et défauts du vélo. Après une heure à rider, voici mes conclusions : le bike est physique !! J’ai mal aux bras et aux cuisses : question d’habitude ? je me fais vieux ? Sur les franchissements, le Vinco m’a redonné confiance : les marches sont avalées facilement et en douceur. Le vélo aide vachement. J’avais peur que du fait de son empattement, je lutte pour monter mais en fait ça va tout seul. Il est réellement abouti, c’est un pur plaisir…. Une fois passé le temps d’adaptation, le vélo est facilement maniable en tous sens. Les 180, 360 au sol vont bien, il est facile, léger (10.4 kilos). Il reste à confirmer tout cela par une session un peu plus longue.

JPEG - 80.7 ko

Acte 2 : direction Monchy Saint Eloi, une carrière aménagée par des moto trialistes, petit paradis du franchissement. Pas de surprise, le bike est bien une bête dans ce domaine. Oublié le temps d’adaptation, le spad est une drogue qui incite à franchir, franchir, encore et encore. Du plaisir en barre que j’vous dis. L’essai est effectué en 18x16. J’ai hésité avec le 15 (peur d’être scotché devant les marches en montée). Le 16 accentue la nervosité du vélo, peut-être trop : le moindre coup de pédale propulse le vélo en avant, on y perd un peu en précision. Je verrai ce que ça donne avec une dent de moins.

Bilan :

Le temps d’adaptation est infime (en une heure, on prend ses repères et on oublie les géométries plus « conventionnelles ») ; la rigidité et la nervosité sont présentes, la stabilité aide à se concentrer uniquement sur les franchissements (peu de gestes « parasites » pour garder l’équilibre). En revanche, le bike est physique, surtout pour les bras : peut-être une question d’habitude et de pratique ; à voir dans la durée.

Bien préparé, bien réglé, le Derangboy est une bête de zone, un bien beau vélo, un monstre de plaisir. Attention, une fois qu’on y goûte, difficile de rouler sur autre chose ! (n’est-ce pas Titixm…).

JPEG - 115.7 ko

5 - Test MV Derangboy, par Titixm ...

[Ancien spad : ZOO Python]

JPEG - 63.7 ko

Premier coup d’oeil :

Ce qui choque au premier regard c’est la différence qu’il y a entre le premier modèle et le second. La finition est toujours la même mais le look général est plus « tape-à-l’œil ». A mon goût je le trouve plus joli que l’ancien ( les goûts et les couleurs …. !!). Le boîtier haut donne toujours un aspect de « chopper » a ce vélo…. boîtier +8 ça dérange toujours l’œil !!! Sinon l’aspect global au visu donne une impression d’équilibre… en comparaison avec l’ancien.

JPEG - 41.8 ko Premiers tours de roues :

Je tiens a préciser que je viens du 20 pouces (! !!). Quand on voit un vélo aussi haut perché, on se pose des questions sur l’équilibre… Mais quand on arrive a grimper sur les échasses du Derangboy, au contraire de ce que l’on pouvait penser, l’équilibre est là… et c’est presque impressionnant !!! La tenue sur roue arrière est toujours aussi facile… la nervosité du coup de pédale est toujours la même, du fait de ses bases relativement courtes… la chose qui change c’est la réactivité générale du vélo : par rapport au premier, je le trouve moins « feignant » ; les 2,5 cm en moins changent pas mal de chose !!!

Plus je roule avec et plus je me sens a l’aise dessus ; je commence a enchaîner quelques marches et une chose commence a me « déranger »… je me sens trop bien sur ce vélo ! J’ai énormément de facilité avec ce spad sur les enchaînements, les franchissements frontaux et latéraux, les statiques… je me sens même mieux que sur mon propre vélo !!….

JPEG - 56 ko

JPEG - 50.8 ko

Conclusion :

En comparaison avec l’ancien Vinco, le tout est beaucoup mieux équilibré, beaucoup moins extrême et aborde un public plus large. Pour ma part j’ai été convaincu par ce vélo…tellement convaincu que je vais revenir au 26 pouces avec un Derangboy ! Chapeau à Marc Vinco qui a conçu un bike vraiment hors-norme sans le destiner à un public trop restreint !!!


Articles récents / Recent articles

samedi 1er octobre 2005
par Jebegood

Actu’ trial & tribal 07 à 09/2005

Retrouvez toute l’actu’ trial & tribal du troisième trimestre 2005... Prennez la direction du site Tribal Zone version 1, rubrique News, en cliquant ci-dessous !

mercredi 13 juillet 2005
par Métalman

Echo Hifi 2005

(...) ni un Vinco ni un 26" classique, ce vélo a vraiment un comportement bien à part...

vendredi 1er juillet 2005
par Jebegood

Actu’ trial & tribal 04 à 06/2005

Retrouvez toute l’actu’ trial & tribal du second trimestre 2005... Prennez la direction du site Tribal Zone version 1, rubrique News, en cliquant ci-dessous !

dimanche 20 mars 2005
par Jebegood , Jozz

Koxxdays 2005

Koxxdays 2005... Une vidéo inédite de la compétition par Jozz... Avec tous les top riders, et montée avec un pur son...

samedi 1er janvier 2005
par Métalman

Zoo Pitbull 2005 (court)

Le seul reproche que je peux faire à ce vélo réside aussi dans sa principale qualité : la rigidité (...)

TRIBAL FLASH

19 septembre 2017 - Calendrier Ufolep Est : 1ère course samedi 23 septembre à Barbey-Séroux !

Voici les premières dates des compétitions de Trial régionales de la nouvelle saison dans la partie est de l’hexagone. Le Trophée (...)

18 septembre 2017 - Compétition nocturne à Montauban le 23 septembre

Le Montauban Trial Club a le plaisir de vous annoncer la "SESSION II" de sa Compétition Nocturne. En effet, pour ses 10 années d’existence, (...)

14 septembre 2017 - Coupe FFC Auvergne Rhône Alpes 2017 : 6ème manche à Savigneux le dimanche 17 septembre!

Le club du Vélo Vert Savignolais organisera la 6ème manche de la Coupe Auvergne-Rhône-Alpes 2017 de Trial ce dimanche 17 septembre ! Une (...)

14 septembre 2017 - CIRO Trial 2017 : le VCS Betton vous attend dimanche 17 !

L’équipe de bénévoles du Vélo Club Sportif de Betton s’est mise en marche pour tracer le trial de Betton et vous attend de pied (...)

26 août 2017 - Programme d’Albertville 2017, finales en live sur le channel UCI !

Voici le programme complet de la 4ème étape de la Coupe du Monde UCI Trial 2017, qui investit pour la troisième année consécutive Albertville et (...)

22 juin 2017 - Coupe FFC Auvergne Rhône Alpes 2017 : 5ème manche à Petit-Coeur le dimanche 25 juin !

Le club de Vélo Trial Petit-Coeur La Léchère organisera la 5ème manche de la Coupe Auvergne-Rhône-Alpes 2017 de Trial ce dimanche 25 juin ! Une (...)

22 juin 2017 - Coupe FFC Grand Sud 2017 : finale à St Sulpice le dimanche 25 juin !

La finale de l’édition 2017 de la Coupe FFC Grand Sud de Trial se déroulera le 25 Juin dans la petite ville de Saint-Sulpice-sur-Lèze en (...)

10 juin 2017 - Championnat Centre IdF 2017 : les zones de la finale de Larchant !

La finale du Championnat Centre / Ile-de-France Ufolep 2017 de Bike Trial se dispute ce dimanche 11 juin à Larchant. Retrouvez les infos sur ce (...)